La France viendra-t-elle à bout de l’Espagne ?

Posté par patricksota le 23 juin 2012

 

Rouge comme l’enfer

 

Samedi, l’équipe de France défie l’Espagne en quart de finale de l’Euro. Si les Bleus sortent indemnes du tsunami rouge, ils réussiront leur plus grand exploit depuis six ans.

Source : Par Maxime DUPUIS | Eurosport – il y a 17 heures sur fr.sports.yahoo.com

 

L’ENJEU :

Pour construire son futur, l’équipe de France doit se retourner sur son passé. Le proche, qui a quelque peu secoué un navire qui voguait sereinement mais sûrement vers les quarts de finale. Le plus lointain, qui a prouvé à que les Bleus n’étaient jamais aussi dangereux que lorsqu’on ne les attend pas. On ne parlera pas de French Flair, notion que l’on laissera volontiers aux rugbymen. On se raccrochera plus volontiers à des habitudes et à certaines récurrences historiques qui veulent que l’on martyrise toujours l’Espagne en match officiel. Un peu comme on aime à s’offrir régulièrement le scalp du Brésil depuis 1986. Voilà pour l’espoir et les (demi-)certitudes. Le reste, le plus important, appartient au présent et aux joueurs de l’équipe de France qui vont défier la meilleure équipe de ces quatre dernières années, à la Donbass Arena.

Samedi, la grande majorité des joueurs de l’équipe va disputer le match le plus important de leur carrière. Mis à part Florent Malouda et Alou Diarra, qui sont déjà allés bien plus haut dans leur vie bleue, les autres Tricolores débarquent à des altitudes insoupçonnées jusqu’ici. Là où l’air se rarifie. Air dont ils n’auront jamais autant eu besoin depuis le début de cet Euro tant il va falloir courir derrière les artistes associés espagnols. Le ballon, qu’une partie des Bleus aime tant, il va falloir apprendre à vivre sans la plupart du temps et s’en servir à bon escient une fois récupéré. Tout le contraire que ce que l’on a vu face à la Suède. A cette recette, il faudra ajouter une pincée de solidarité afin de montrer que le coup de chaud de Kiev a au moins servi à remettre tout ce petit monde à sa place. C’est indispensable. Vital même.

LES CHIFFRES-CLES :

0 - La France n’a jamais perdu face à l’Espagne en match officiel. Que ce soit en phase finale ou en éliminatoires, les Tricolores n’ont jamais quitté la pelouse la tête basse. En tout, les deux équipes se sont croisées 6 fois, pour 5 victoires et 1 match nul. A noter que France – Espagne était l’affiche de la finale de l’Euro 1984.

9 – L’Espagne est invaincue lors de ses 9 derniers matches à l’Euro. Le record est de 10 rencontres sans défaite, co-détenu par les Pays-Bas (1988-1996), la RFA (1972-1984) et l’Italie (1968-1988). Les matches qui sont allés jusqu’aux tirs au but sont comptabilisés comme un nul.

0 – L’Espagne n’a jamais gagné un quart de finale européen avant les tirs au but. Deux fois sur trois, les Ibères ont chuté, contre l’Angleterre en 1996 (0-0, 2 tab à 4) et face à la France en 2000. Leur seule qualification date de 2008 face à l’Italie (0-0, 4 tab à 2).

LES EQUIPES PROBABLES :

Avant d’affronter l’Espagne, les interrogations sont réelles compte tenu de ce qui s’est passé à Kiev et de l’adversaire qui va s’opposer aux Bleus, samedi soir. Face aux Espagnols, il faudra s’adapter. « On rencontre l’Espagne. Il faut être capable de dire qu’elle est très en avance par rapport à nous et il faudra sans doute s’adapter à son jeu, ce qui ne veut pas dire se priver de nos propres forces« , prévient Laurent Blanc. L’idée serait de bien défendre et d’aller vite une fois le ballon récupéré. Si Laurent Koscielny sera un entrant sûr dans le onze de l’équipe de France, il ne semble pas inimaginable de revoir Patrice Evra sur le côté gauche. Dans l’esprit de Blanc, le joueur de Manchester United reste meilleur défensivement que Gaël Clichy. Au milieu de terrain, Yohan Cabaye est attendu, aux côtés d’Alou Diarra et, peut-être de Yann M’Vila, qui pourrait remplacer numériquement Samir Nasri dont le profil n’est peut-être pas le plus adapté à celui de l’Espagne. Enfin, sauf surprise, Jérémy Ménez démarrera à droite. Côte espagnol, une seule interrogation mais de taille : la présence ou non d’un vrai avant-centre, Fernando Torres, ou de Cesc Fabregas en pointe.

La France viendra-t-elle à bout de l'Espagne ? sh%C3%A9mas-tactiques

Laisser un commentaire

 

unsspforest |
roussinette |
L'EPS AU COLLEGE JEAN ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ASUC Migennes Handball
| sanarycyclosports
| JUDO-AMIKUZE.FR , le blog