• Accueil
  • > Non classé
  • > Crise au sein de la Fédération Congolaise de Football (FECOFOOT)

Crise au sein de la Fédération Congolaise de Football (FECOFOOT)

Posté par patricksota le 10 décembre 2011

 

 

Le président de la Fédération du football du Congo-Brazzaville suspendu pour corruption

 

Source : RFI (Radio France International)

 

Le président de la Fédération du football du Congo-Brazzaville a été suspendu par un Comité de crise selon la radio congolaise. Jean-Michel MBONO, le fameux « Mbono Sorcier », vainqueur de la CAN 1972, président depuis un an, est accusé d’avoir détourné, ou de n’avoir pas justifié, l’utilisation de 65 millions de francs CFA (soient 100.000 €) : 50 millions d’une subvention de la FIFA et 15 millions alloués par la présidence de la République pour couvrir les frais médicaux de l’ex-joueur des Diables Rouges, l’ancien professionnel François MPELE qui fut d’ailleurs coéquipier de Jean-Michel MBONO en 1972. C’est le vice-président Max-Toussaint LOEMBA qui assurera l’intérim jusqu’à l’assemblée générale extraordinaire de la FECOFOOT, en janvier prochain.

 

 

Nos commentaires :

Décidément ! Après Anjorin Moucharaf du Bénin, un autre « héros » dans l’avilissement de la cité (famille du football africain) fait parler de lui. Il s’agit de Jean-Michel Mbono, Président de la Fédération de Football du Congo Brazzaville.

Qu’allons-nous faire de ces dirigeants « mangeocrates » de football ? Au Cameroun, Roger Milla a déjà fait savoir son mécontentement quant à la mauvaise gestion prévalant au sein de la FECAFOOT (Fédération Camerounaise de Football). Ici chez nous, l’on se souviendra que quatre membres du Comité Exécutif de la FFB ont crié haro sur la gestion opaque de Lydia Nsekera. Victimes de leur franc-parler, ils ont été boutés dehors par une Assemblée Générale vouée aux gémonies par l’opinion sportive. Et voilà que la FECOFOOT (Fédération Congolaise de Football) est frappée de plein fouet par une crise pouvant secouer la jeunesse footballistique de ce pays. Il faudrait vraiment que la FIFA manifeste sa désapprobation vis-à-vis de ces mauvais gestionnaires. Il y va de son honneur ! Trop c’est trop !

La FIFA va encore brandir son arme fatale devenue un alibi scandaleux pour ceux qui dilapident les fonds alloués au football : ingérence dans les affaires internes des fédérations ! Voilà une recette bien comprise par ces impudents voleurs pour agir en toute impunité. Est-ce acceptable pour une nation digne de respect ?

Malheureusement, au Burundi, le Ministère de tutelle reste de marbre et se confine dans une atonie coupable. Pas la moindre réaction jusqu’ici ! Est-ce un signe de connivence avec cette gestion opaque tant décriée ? Nous serons enclins à y croire si cette inertie persiste. Après tout, qui ne dit mot consent ! N’est-ce pas amis sportifs ?

Sous d’autres cieux, ceux qui ont en charge le sport combattent énergiquement ces malversations pour sauvegarder les intérêts de la jeunesse footballistique. A quand la réaction du Ministre Nyenimigabo face à cette gestion maffieuse ?

 

 

Patrick Sota

Laisser un commentaire

 

unsspforest |
roussinette |
L'EPS AU COLLEGE JEAN ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ASUC Migennes Handball
| sanarycyclosports
| JUDO-AMIKUZE.FR , le blog