Saïdo Berahino et Gaël Bigirimana aiment le Burundi

Posté par patricksota le 10 mars 2011

 

Saïdo Berahino Gaël Bigirimana

 

 

Saïdo Berahino et Gaël Bigirimana d’Angleterre veulent jouer pour les Intamba Mu Rugamba du Burundi.

 

Mutima Constantin, patriote burundais vivant en Angleterre, nous a mis en contact avec Saïdo Berahino jouant pour West Bromwich Albion FC et Gaël Bigirimana de l’Académie de Football de Coventry (Equipe A). Discussion très agréable au téléphone.

Ces deux valeurs sûres âgées chacune de 17 ans et demi (18 ans cette année) nous ont fait savoir qu’elles sont prêtes à servir le Burundi en Equipe Nationale (Intamba Mu Rugamba). Et surtout, faire leurs preuves contre les Amavubi du Rwanda le 26/03/2011 à Kigali au Stade Amahoro. Initiative fort louable que d’aucuns ici chez nous saluent.

Le cas de Berahino mérite une attention particulière. Fils de Saïdi Gatore, ancien trésorier de Vital’O FC, il a quitté le Burundi en 1998 pour rejoindre sa mère à Birmingham en Angleterre. Et ce, fuyant les affres de la guerre civile ! Il avait alors cinq ans parce que né en 1993 quand la crise a éclaté au Burundi. Sa maman quant à elle avait déjà quitté le pays après s’être séparée de son mari. Saïdi Gatore est mort quelques années plus tard d’une maladie.

Dans ces conditions, quoi de plus normal que la mère de Berahino demande que son fils soit accompagné d’un homme de confiance pour venir à Bujumbura ? Parti à 5 ans, Berahino ne se souvient plus du Burundi et a quitté le pays quand la guerre civile battait son plein ! Présentement, il est mineur. Pour son premier retour au pays natal, sa mère a besoin d’être rassérénée que rien n’arrivera à son fils dès que celui-ci sera dans nos murs. Il semblerait qu’elle n’est pas en bons termes avec la famille de son mari défunt. Autrement dit sa belle-famille. Et ce, à cause d’une séparation intervenue dans une atmosphère délétère entre les deux conjoints. Arrivé au Burundi, le contact de Berahino avec la famille de son père fait peur à Maman Saïdo. N’entrons pas dans ces détails !

Pour toutes ces raisons, elle aimerait que son fils Berahino soit accompagné par Monsieur Mutima Constantin, burundais vivant à Coventry (Angleterre) et chargé des questions footballistiques au sein de la diaspora burundaise. Très actif, c’est lui qui nous a fait découvrir ces jeunes burundais. Et ne cesse de nous donner d’autres informations utiles pour notre pays. D’ailleurs, la diaspora burundaise d’Angleterre est à pied d’œuvre pour amener des projets ici. Question de temps seulement.

Ces deux joueurs susmentionnés à savoir Saïdo Berahino et Gaël Bigirimana ne sont pas titulaires dans leurs clubs respectifs en raison de leur très jeune âge. Mais figurent sur les feuilles des matchs de leurs équipes. C’est très important ! Du reste, la concurrence est rude en Angleterre. Mais, les analystes suivant de près le football anglais affirment qu’ils promettent des lendemains qui chantent. Un avenir radieux tenant toutes ses promesses. Trajectoire ascendante. La presse sportive anglaise ne tarit pas d’éloges à l’endroit de Gaël Bigirimana, le comparant déjà au ghanéen Mickael Essien. Parce qu’ayant, dit-elle, les mêmes qualités défensives qu’Essien à l’entrejeu comme récupérateur et casseur du rythme adverse.  Berahino, quant à lui, a été sélectionné dans l’équipe nationale anglaise des cadets ayant remporté haut la main la Coupe d’Europe des Nations des moins de 17 ans en 2010. Deux joueurs idoines qui n’ont qu’un seul cri à la bouche : défendre les couleurs du Burundi.

Voilà pourquoi nous demanderions à notre coach Adel Amrouche de faire appel à Saïdo Berahino et Gaël Bigirimana pour jouer contre le Rwanda. Et les trois autres rencontres prévues pour la phase éliminatoire de la CAN 2012.

Au Ministère de tutelle, en l’occurrence Monsieur Jean-Jacques Nyenimigabo, nous solliciterions son amour pour la patrie afin qu’il comprenne l’importance que revêt ce match du 26/03/2011 à Kigali. De ce fait, payer un ticket à Mutima Constantin pour rassurer la mère de Berahino n’est vraiment pas la mère à boire ! Un ticket de plus pour un Etat, c’est quoi ? Surtout que le Rwanda cherche à tout prix Berahino. Mais, ce dernier ne jure que par le Burundi, terre qui a vu naître ses parents. De grâce, Son Excellence Monsieur le Ministre, ne gâchons pas cette opportunité en refusant de faire venir Mutima Constantin. Un homme qui, véritablement, aime son pays. Si nous pouvons avoir Berahino en payant le ticket de Mutima, croyez-moi, ça vaut le coup ! Nous n’avons  pas d’attaquants performants à la pointe  des Intamba Mu Rugamba. Berahino a tout pour nous tirer d’embarras ! 

 

patricksota.jpg

Patrick Sota

patricksota.unblog.fr

Publié dans Non classé | 2 Commentaires »

Adel Amrouche parle en anglais du Burundi et de l’Afrique

Posté par patricksota le 10 mars 2011

 

Adel Amrouche

 

Adel Amrouche may currently be domiciled far from home, but he feels his passion is best served in the centre of Africa, seeking to build where little has been done before. The Belgian coach of Algerian origin is making a name for himself in the small central African country of Burundi, previously racked by rebel activity and civil unrest but now reaping the benefits of peace, following an impressive start to the 2012 CAF Africa Cup of Nations qualifiers.

Amrouche took The Swallows to Benin, who were among the 16 finalists at the 2010 tournament in Angola, forcing an away draw in September and then putting up a spirited performance at home against group favourites Côte d’Ivoire in October, only to lose by a single goal. Victory against Rwanda in their next qualifier at the end of the month will keep alive Burundi’s hopes of a first-ever appearance at the continental championship. Even though the Ivorians are runaway top choice in Group H, and already have a lead in the standings, there are two slots for the best runners-up and Burundi will have their sights set on going to the tournament, which is being co-hosted by Equatorial Guinea and Gabon.

“[Qualification] is our objective, but mine is a young side who are working their way up in world football, and we are talking it game-by-game,” says the 43-year-coach, who has been in Burundi for four-and-a-half years already. “We have a side with an average age around 20. Only our captain Valery Nahayo is older, and we’ve been slowly developing them with exposure to international football.”

 

A far-flung group of players
As one facet of his current job, Amrouche has been actively seeking to help Burundi players win transfers internationally where better exposure to the rigours of the modern game will turn them into better professionals and so better serve the cause of the national side. “Of course, it is a good thing that they go abroad,” he explains. “But you have to be careful where they go to ensure that the player is exposed to a better level than he is already playing at.

 

The Côte d’Ivoire coach said after our game in October that we were like the Barcelona of Africa.

Burundi coach Adel Amrouche

“It is also very difficult to go directly, say, to the first division in Norway, where adaptation is hard and the potential for the player’s morale to dip is big. I’ve helped players go to clubs, and then I can help with their adaptation. I keep in regular contact to ensure their circumstances are right. I want to make sure that when they return to the national team they can really deliver for us.”

Burundi’s squad for the qualifier against the Ivorians last October had players from clubs in Azerbaijan, Belgium, the Democratic Republic of Congo, Norway, Poland, South Africa, Tanzania and Turkey. “When I first came to Burundi, there were no players competing outside of the country,” Amrouche says as evidence that his scheme is well under way.

The overall progress of his side is the fuel that drives Amrouche, who previously had coaching stints in DR Congo, Equatorial Guinea, Turkey and the Ukraine in a career of some versatility. “Before I am a coach, I’m an African. I love my continent. A lot of people ask me why I stay with Burundi, but it is a job that gives me immense satisfaction,” says Amrouche, who was recently linked with a high-profile position leading former continental club champions, Entente Setif, in his home country Algeria.

“I have seen the players and the football scene grow. Obviously I have a plan for my career, but I love the challenge and the work here,” he adds, praising the support received from the President of the Burundi Football Federation, Lydia Nsekera, one of the sport’s growing band of women leaders. “I happy I’m achieving my objective, although I feel I’ve only achieved 20 per cent so far,” he says.

 

A test close to home
Amrouche’s team will head across the border into Rwanda later this month for a first-ever meeting with their neighbours in a major competition qualifier. There have been only previous meetings in friendly international and the East and Central African Senior Challenge Cup, giving the match-up in Kigali an extra spark.

But Amrouche plays down any serious neighbourhood rivalry, saying: “It’s a good relationship and there is not much difference between the two countries. We have good contacts although admittedly this match does promise a big party for the winner.”

Having to make up points quickly in 2012 qualifying, Burundi will play for the vital three points, even if it is an away match, insists their coach. “We work always to win our games,” he says. “There is nothing about going out for a draw. This is our philosophy and we are proud to try and play good football. The Côte d’Ivoire coach said after our game in October that we were like the Barcelona of Africa, and I was very happy to hear that. If we win, it’s great, if we lose we will continue to stay on our path and follow our principles.”

 

Source : http://m.fifa.com/worldfootball/news/newsid=1394419.html

 

Publié dans Non classé | 20 Commentaires »

Chez nous

Posté par patricksota le 8 mars 2011

 

Des nouvelles de chez nous

 

Alors qu’on espérait voir les Intamba Mu Rugamba commencer les entraînements hier le 07/03/2011 comme annoncé par un grand du staff technique, la pelouse synthétique du Stade Prince Louis Rwagasore était inoccupée tel un piano mourant d’ennui. Parce que n’ayant pas trouvé un pianiste pour le faire vibrer ! C’est dire que la FFB n’est pas cohérente avec son programme. On attend !!! Le moment venu, nous vous dirons comment se déroulent les séances d’entraînement sous la direction d’Adel Amrouche, coach principal qui travaille sans contrat ! Une question tient à la gorge : pourquoi accepte-t-il de travailler dans pareil flou ? Nous avons un message pour lui : le respect s’arrache. Tant qu’il acceptera d’exercer son métier de cette manière, les autorités ayant en charge le sport (Ministère des Sports et Fédération) auront peu de respect pour lui. La balle est dans son camp.

 

Vital’O doit regagner Bujumbura incessamment. Les supporters des mauves et blancs attendent leur équipe avec forte émotion vu sa bonne prestation à Garoua. Un nul obtenu dans des conditions extrêmement difficiles pour Vital’O. Nous l’avons suffisamment développé dans nos récentes publications. Inutile d’y revenir.

 

Le joueur Kwizera Pierrot d’Athletico est ici à Bujumbura. Il était parti rejoindre Mbakiye Miami de Vital’O à Oman. Mais, parti sans transfert, la FFB a vite alerté la fédération d’Oman pour ne pas accepter qu’il joue là-bas. Nous verrons la suite réservée à ce grand joueur faisant partie de notre Equipe Nationale senior. A suivre…

 

 

 

patricksota.jpg

 Patrick Sota

patricksota.unblog.fr

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Commentaires de la presse camerounaise sportive sur le match de Coton Sport contre Vital’O

Posté par patricksota le 8 mars 2011

 

 

Coton Sport

Vital'O

une photo du match de Garoua entre les deux équipes

 

Coton sport se qualifie sans gloire devant Vital’O

 

Médiocre. C’est le terme qu’il faut utiliser pour qualifier la prestation de l’équipe de Coton sport de Garoua face à son adversaire burundais Vital’O au stade omnisport de Roumdé-Adjia, le 6 mars 2011 à Garoua, match retour des préliminaires de la ligue des champions de la Caf. Malgré la victoire logique de coton sur Vital’O (2-2) à l’aller et (1-1) à Garoua, les poulains du coach Kanyankore Jean Gilbert ont littéralement dominé la rencontre. C’est pourtant les jeunes burundais qui vont encaisser le premier le but de la rencontre. Auteur du doublé à l’aller à Bujumbura, Haman Jacques, à l’angle du corner, réussit  à lober le gardien Jeff à la 31e minute. Le balle frappe la barre transversale et rebondit dans les buts alors que la défense de Vital’O conteste. Aidé par l’arbitre assistant, l’arbitre désigne le rond central. Coton mène 1 à 0.
A la reprise, le coach de Vital’O choisit de faire entrer deux joueurs à la fois, Tuyishemeze et Ndizeye Alain. Alors qu’on croit la partie acquise à la faveur de Coton qui ne fournit plus d’efforts, Vital’O reste vif. Grace à son pressing, Ndizeye Alain remet la pendule à l’heure à la 58e minute. Au stade mythique de Roumdé Adjia, les burundais se sentent presque chez eux face à une équipe de Coton qui n’est que l’ombre d’elle-même, transparente. Vital’O pousse coton à la faute. Oyobo Bitolo qui vient de remplacer Ousmaïla Baba est expulsé. Les dernières minutes de la rencontre se joueront dans la cacophonie et la confusion totale avec deux expulsions côté Vital’O (Bangama et Sova). Eliminé de la ligue des champions, le coach de Vital’O regrette le jeu développé par Coton au cours de la rencontre :
« Coton nous avait laissé une bonne impression chez nous à Bujumbura, mais aujourd’hui, franchement, moi-même, ça m’étonne que coton sur sa pelouse joue de cette façon », s’est il exprimé à la fin de la rencontre.

 

Cotonsport : 1 Daouda Kassaly, 3 Ndzana Kana, 15 Ewonde Epassi, 6 Kwin Amban, 25 Kader Amadou, 5 Zimbori, 19 Madila Chardin, 27 Salli Edgar, 11 Ousmaila Baba, 7 Momi Hilaire, 26 Haman Jacques. Réservistes : 21 Mbongo Ewangue, 20 Balokog Nack, 28 Oyongo, 2 Lancina Karim, 8 Pala Parfait, 12 Seidou Idrissa, 16 Moumine Kasssouré. Coach : Denis Lavagne

 

Vital’O : 1 Nzokira Jeff, 16 Jaffar Jumapili, 8 Nkurikiye Leopold, 4 Nkundwanabake Cadeaux, 15 Kaze Gilbert, 3 Ndayishimiye Franck, 5 Girukwishaka J Marie, 19 Nzigamasabo Steve, 13 Ndayishimiye Deo, 9 Tambwe Amiss. Réservistes : 24 Amidou Hassan, 17 Ally Moussa dit Sova, 25 Tachi Ndaziye, 6 Tuyishemeze Claude, 7 Ndizeye Alain, 10 Halidi Seleman, 11 Nimubona Fidel. Coach : Kanyankore Jean Gilbert

 

Officiel :

* AC : Ngbokaye sosthène
* A1 : Letokounzou Alain
* A2 : Siaka Narcisse
* 4 Nde Christopher

 

Réactions :

Kanyankore Jean Gilbert, coach Vital’o :

« Je crois que la préparation n’a pas été telle que nous la voulions. Même les joueurs n’étaient pas sûrs de leur prestation, vu comment on s’est déplacé jusqu’à Garoua. Normalement, une équipe de football ne devait pas jouer dans de telles conditions. Il fallait reporter le match jusqu’à au moins trois semaines pour récupérer à fond.  Cela n’a pas eu lieu. Je félicite mes joueurs, même s’ils ont péché par la nervosité à la fin alors qu’ils avaient le match. Aucun joueur au monde n’accepte la défaite, aucun joueur n’accepte qu’il ait commis une erreur. C’est aussi la fatigue qui fait tout cela. Quand on est fatigué on réagit toujours d’une façon incontrôlable. Sinon mes impressions, Coton nous avait laissé une bonne impression chez nous à Bujumbura, mais aujourd’hui, franchement, moi-même ça m’étonne que coton sur sa pelouse ait joué de cette façon. « 

 

Balokog Nack, Coton Sport :
« On a fait ce qu’il fallait, grâce à Dieu on est qualifié. Le football c’est ça, il y a des moments où ca marche il y a des moments où ça ne marche pas. L’essentiel c’est que nous soyons qualifiés. »

 

NB : Nous devons ces renseignements à notre grand ami Robert Manirakiza qui suit au jour le jour l’évolution du football burundais via le présent Blog. Merci beaucoup Robert. Nos remerciements les plus sportifs.

 

 

patricksota.jpg

Patrick Sota

patricksota.unblog.fr

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

11ème et dernière journée de la phase aller du Championnat National 2010-2011

Posté par patricksota le 7 mars 2011

 

Championnat National de Football 2010-2011

 

 

Onzième journée (fin de la phase aller)

Jour

Date

Heure

Lieu

Equipes

Score

Samedi

05/03/2011

14h

Bujumbura

Flamengo

Union Sporting

0-0

 

 

16h

Bujumbura

LLB Academic

Inter Star

2-0

 

 

15h

Muramvya

Royal FC

Maniema

3-1

 

 

15h

Gatumba

Espoir

Prince Louis

0-0

Dimanche

06/03/2011

16h

Bujumbura

Athletico

Academie Tchité

1-0

 

 

Classement provisoire

Equipes

Nombre de points

Goal average

Athletico

31

+20

LLB Academic

22

+11

Inter Star avec un match en retard

22

+10

Vital’O avec un match en retard

17

+9

Union Sporting

17

-1

Royal FC

17

-1

Academie Tchité

14

-1

Prince Louis

11

-2

Espoir avec un match en retard

10

-1

Muzinga avec un match en retard

10

-3

Flamengo

7

-6

Maniema Fantastique

1

-33

 

Amis sportifs,

Athletico Olympique se juche sur le perchoir le plus élevé avec 31 points sur 33 à l’issue de la phase aller. Pas une seule défaite ! Bravo aux poulains de Kaze Cédric qui viennent de réaliser un parcours magnifique. Seule, l’équipe de LLB a pu égaliser avec Athletico (0-0) au cours de cette phase aller. Toutes les autres formations de la Ligue A ont été défaites par une impériale équipe d’Athletico bien partie cette année pour remporter le titre. Toutefois, nous déplorons la tricherie orchestrée par Gisage Léopold (président d’Athletico) et Madame Lydia Nsekera en faisant jouer irrégulièrement Majaliwa dit Maya de Muzinga dans Athletico. Et ce, en violation flagrante de la loi et des protestations de la Commission Juridique présidée par le magistrat Habimana Aimable dit Marandura. Dommage !

LLB Academic a battu l’équipe d’Inter Star réduite à dix suite à l’expulsion de Manirakiza Lucio qui a donné un coup sévère et méchant à Abdulazak Fiston de LLB Academic. Bonne prestation des poulains du très sympathique Olivier Niyungeko.

Union Sporting et Royal FC font, jusqu’ici, égalité parfaite des points et du goal average : 14 points (-1). En raison de la victoire d’Union Sporting sur Royal FC lors de leur duel (5-1), c’est Union Sporting qui, provisoirement, devance Royal FC. Quatre équipes ont chacune une rencontre non encore livrée à savoir Inter Star, Vital’O, Espoir et Muzinga. Ces équipes joueront le week-end prochain. Le choc des chocs (classico) oppose ce samedi 12/03/2011 Vital’O à Inter Star. Rencontre très attendue par le public sportif de Bujumbura. A suivre…

 

patricksota.jpg

 Patrick Sota

patricksota.unblog.fr

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Vital’O sort la tête haute

Posté par patricksota le 7 mars 2011

 

Coton sport tenu en échec, mais Vital’O FC éliminé

 

Auteur : PN sur StarAfrica.com 06/03/11 14:45 GMT

Le stade omnisport de Garoua a abrité ce dimanche après midi, un match retour des préliminaires de la ligue des champions Orange.

L’équipe locale Coton sport et Vital’O du Burundi se sont séparées sur le score d’un but partout. Coton sport, grâce à Haman Jacques, auteur du doublé au match aller, a inauguré en première mi-temps, le marquoir des buts. Vital’O qui a produit un jeu de bonne facture, est revenu au score en seconde mi-temps. Le but d’égalisation porte la griffe d’Alain Ndizeye Bangama. Le match s’est achevé dans la confusion quand ce dernier a reçu de l’arbitre un carton rouge. Le joueur a refusé de quitter l’aire de jeu. La contestation qui s’est généralisée, a amené l’arbitre a expulsé un second joueur de Vital’O. Bien avant, Coton sport était réduit à dix à la suite de l’expulsion d’Oyobo Bitolo alors que ce dernier venait d’entrer pour remplacer l’international Ousmaïla Baba.

Sans doute, la commission de discipline de la Caf va se faire entendre.

Tout compte fait, Coton sport de Garoua qui avait marqué deux buts sur terrain adverse, se qualifie pour les 16e de finale. 

 

Nos commentaires

Vital’O rentre à la maison la tête haute !

C’en est fini pour Vital’O en Ligue Africaine des Champions 2011 suite au nul d’un but partout (1-1) arraché à Garoua (Cameroun) devant Coton Sport. Match retour âprement disputé le 06/03/2011 sous une canicule de 47 degrés Celsius. Rappelons qu’à l’issue du match aller à Bujumbura, les deux équipes s’étaient séparées sur un score paritaire de deux buts partout (2-2).

Nous regrettons que cette rencontre se soit terminée si violemment ! Car, Vital’O a fini le match à neuf. Et Coton Sport à dix. C’est dire que le duel opposant les deux équipes a fait monter la tension nerveuse.

Coup de chapeau à cette équipe de Vital’O qui a surpris plus d’un. Connaissant les très mauvaises conditions qu’ont connues les poulains de Kanyankore avant de disputer ce match, d’aucuns pouvaient s’attendre à une débâcle ! Et ce, en raison de la  grosse fatigue des burundais. Ces derniers n’ont eu qu’une seule nuit de repos à proprement parler, à savoir celle du 05/03/2011 au 06/03/2011. Les joueurs ont été bloqués à l’aéroport de Yaoundé pendant 48 heures, dormant la nuit à même le sol !!! Pas d’avion pour les transporter à Garoua !!! Il a fallu négocier longuement avec la fédération camerounaise de football pour qu’un avion militaire soit mis à la disposition de la délégation burundaise. Arrivée à Garoua le jour du match (05/03/2011), l’équipe de Vital’O a dû jouer le lendemain (06/03/2011). Les burundais, éreintés, se sont entraînés le jour de leur arrivée à Garoua sous une chaleur torride. Dans un tel climat d’abattement physique et psychologique, faire match nul avec le champion du Cameroun relève d’un miracle ! Il faut le faire !

Les commentaires des médias camerounais sont unanimes : Coton Sport a croisé le fer avec une superbe formation burundaise qui, dès le début de la partie, a pris le dessus. Et ce, de par son jeu basé sur des passes courtes, des accélérations et une bonne occupation du terrain. D’ailleurs, selon ces médias, le but camerounais intervenu à la 31’ et inscrit par l’inévitable Haman Jacques n’a pas correspondu avec la physionomie de la rencontre. Un but marqué contre le cours du jeu ! Beaucoup d’occasions manquées en première mi-temps côté Vital’O ! Dommage ! Chez nous, c’est devenu presqu’une habitude. N’ayant plus d’attaquants mordants et réalistes dans la zone de vérité, nos formations ont du mal à concrétiser leurs actions offensives. Problème titanesque !

En seconde mi-temps, beaucoup craignaient un relâchement des mauves et blancs suite à la fatigue susmentionnée. L’on pouvait alors penser que Vital’O allait ramasser une raclée ! Rien du tout ! Pas question de s’affirmer vaincus pour les poulains de Kanyankore. Des garçons stoïques qui vont multiplier leurs assauts dans le camp camerounais. Leurs inlassables efforts seront récompensés par ce but d’Alain Ndizeye Bangama à la 56’ suite à un corner rentrant effectué magistralement ! Egalisation d’un but partout (1-1). Ce jour-là, Bangama était émoustillé et très en jambes. Sa forme d’antan revient petit à petit. Joueur expérimenté et aguerri pour les matchs internationaux, le staff technique des Hirondelles devrait faire appel à lui. Pour autant, bien évidemment, qu’il renâcle à ses gestes antisportifs liés à la nervosité ! Bangama doit se contenir s’il veut poursuivre sa carrière convenablement et finir en beauté.

Concernant ce match joué à Garoua, la tension est montée d’un cran des deux côtés. A telle enseigne que l’arbitre a brandi trois cartons rouges !!! Un pour Oyobo Bitolo de Coton Sport. Et deux pour Bangama et Sova de Vital’O. Difficile de dire si ces trois cartons étaient justifiés ou non. Car, les caméramans de la Radio Télévision Nationale du Burundi (RTNB) n’ont pas eu la possibilité de partir à Garoua nous amener les images de cette rencontre. Présentement, nous ne pouvons rien dire !  Sauf les personnes qui auraient suivi ce match sur leurs antennes paraboliques. Nous ne savons pas si la Télévision Nationale du Cameroun (CRTV) et les chaînes privées camerounaises ont retransmis en direct ce match.

Toujours est-il que Vital’O plie bagage. Mais rentre à la maison la tête haute suite à ce nul d’un but partout (1-1) en terre étrangère. Le nul de deux buts partout (2-2) concédé à Bujumbura disqualifie les mauves et blancs. Car, au finish, ça fait trois buts partout, mais les camerounais ont inscrit un plus grand nombre de buts à l’extérieur (deux buts). Alors que Vital’O n’a marqué qu’un seul but à l’extérieur. Dommage !

Votre serviteur ne s’attendait pas à un tel résultat pour deux raisons. Première raison : à domicile, Vital’O n’a pas montré grand-chose en termes de jeu déployé sur terrain. Ce sont plutôt les camerounais qui ont pris des initiatives et ont dominé leurs adversaires. Deuxième raison : les mauves et blancs arrivent émoussés à Garoua samedi et jouent dimanche sous une chaleur impitoyable et incomparable à celle de Bujumbura. Voyez-vous ! Un score fleuve aurait pu sanctionner le match au profit de Coton Sport. Les clubs burundais comptent sur le génie propre de leurs joueurs. C’est tout ! Car, la Fédération et le Ministère  des Sports n’échappent pas aux verdicts de l’opinion. Cette dernière trouve que ces deux institutions ne sont guère à la hauteur de ses attentes. Surtout la FFB qui fait montre d’une gestion catastrophique laissant sur le carreau nos clubs. Quelles sont les victimes de ce mauvais leadership ? La réponse tombe comme un couperet : nos jeunes talents ! Ils souffrent d’être si mal encadrés et braquent leurs yeux sur le Chef de l’Etat comme un peuple qui attend son sauveur. Et pour cause, Son Excellence le Président de la République Pierre Nkurunziza est un grand footballeur. A lui de prendre le taureau par les cornes pour sauver la situation !

 

 

patricksota.jpg

 

 

 

 

 Patrick Sota

patricksota.unblog.fr

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Autres informations utiles

Posté par patricksota le 6 mars 2011

 

Autres informations

 

Vital’O qui devait jouer son match comptant pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions 2011 samedi 05/03/2011 jouera aujourd’hui dimanche le 06/03/2011 à Garoua. Et pour cause, les mauves et blancs sont arrivés hier à Garoua dans l’après-midi sous une canicule de 47°c. Imaginez-vous !!! Depuis leur départ à Bujumbura, les joueurs sont restés bloqués pendant deux nuits à l’aéroport de Yaoundé, dormant à même le sol !!! Parce que n’ayant pas pu trouver un avion les transportant à Garoua. Il a fallu discutailler avec la fédération camerounaise pour que les autorités de ce pays trouvent un avion militaire amenant nos joueurs à Garoua. Cela s’est fait hier samedi 05/03/2011 alors que cette rencontre devait se jouer ce jour-là !

La fédération camerounaise a alors décidé de reporter le match d’une journée. Donc, Vital’O joue aujourd’hui le 06/03/2011 à Garoua à 15 heures (16 heures à Bujumbura). Les poulains de Kanyankore n’auront eu aucun jour d’entraînement ! Et n’auront eu qu’une seule nuit de repos ! Dans ces conditions, comment espérer un bon résultat ? A moins d’un miracle, ma peur est grande que Vital’O ne se fasse sérieusement ratatiner vu les conditions déplorables dans lesquelles est partie l’équipe. Le Ministère des Sports sous la houlette de Nyenimigabo Jean-Jacques devrait faire en sorte que nos équipes quittent Bujumbura au plus tôt. Pour avoir le temps de s’acclimater, s’entraîner et se reposer. D’ailleurs, la FIFA recommande formellement aux équipes en déplacement d’arriver avant 48 heures du jour prévu pour jouer. Chez nous, nous faisons fi de cette louable recommandation. Conséquence inéluctable : nos formations accusent une fatigue perceptible sur terrain et se font amocher au grand dam des supporters burundais. C’est vraiment dommage !!!

Dans tous les cas, les poulains de Kanyankore vont jouer amoindris physiquement. Pourront-ils supporter la chaleur torride de Garoua pendant 90’ ? Parviendront-ils à affronter une formation camerounaise jouant devant son public et beaucoup plus fraîche physiquement ? Pour se qualifier, Vital’O doit impérativement gagner ou égaliser par trois buts partout ou au-delà de trois buts partout ! Mission oh combien difficile !!! A suivre…

 

Hier samedi le 05/03/2011, la onzième journée (dernière journée de la phase aller du Championnat National 2010-211) a été marquée par les rencontres suivantes :

A 14h au Stade Prince Louis Rwagasore : Flamengo – Union Sporting (0-0)

A 16h au Stade Prince Louis Rwagasore : Inter Star – LLB Academic (0-2)

A 15h à Gatumba : Espoir – Prince Louis (0-0)

A 15h à Muramvya : Royal FC – Maniema Fantastique (3-1)

Aujourd’hui dimanche le 06/03/2011 est prévue une seule rencontre à 16h entre Athletico (leader du Championnat) et Academie Tchité.

 

Vous aurez alors le classement provisoire du dit Championnat ce lundi 07/03/2011. D’ici là, passez un agréable week-end et portez-vous bien mes chers amis ! Ne soyez pas terrassés par la grippe comme moi !!!

 

 patricksota.jpg

 

 

 

Patrick Sota

patricksota.unblog.fr

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Chez nous, quoi de neuf ?

Posté par patricksota le 4 mars 2011

 

Des nouvelles de chez nous

 

Hier, jeudi 03/03/2011 à 2 heures du matin, la délégation burundaise accompagnant l’équipe de Vital’O a pris l’avion pour se rendre à Garoua (Cameroun). Et ce, pour disputer le match retour comptant pour le tour préliminaire de la Ligue Africaine des Clubs Champions, édition 2011.

Cette rencontre tant attendue se jouera dans l’après-midi de ce samedi 05/03/2011 à Garoua. Généralement, il fait très chaud là-bas ! Si les mauves et blancs jouent sous une canicule, parviendront-ils à résister devant cette grande équipe du nord Cameroun ?

Rappelons qu’en 2007, cette même équipe de Garoua avait sorti Vital’O au tour préliminaire de la Ligue des Champions par deux victoires (un but à zéro à l’aller, même score au retour). C’est vous dire, amis sportifs, que ce match ne sera pas facile pour les poulains de Yaoundé, coach emblématique de Vital’O. Qui plus est, le médiateur Divin Gateretse est malade et a dû ne pas partir au Cameroun. Le capitaine Nimubona Fidel, milieu offensif expérimenté, accuse aussi des petits problèmes de santé pouvant l’empêcher de livrer correctement cette rencontre. A mon humble avis, Yaoundé ne devrait pas le faire jouer tout le match (90’). S’il est fin prêt physiquement pour répondre à ce grand choc, Fidel pourra jouer toute la rencontre.

Vu la prestation de Vital’O lors du match aller à Bujumbura, les pronostics tombent en sa défaveur ! C’est clair ! A tel point qu’un supporter des mauves et blancs m’a dit que Vital’O devrait limiter les dégâts pour ne pas ramasser un score fleuve. Selon lui, l’élimination de son équipe est quasiment assurée. « Pourquoi êtes-vous aussi pessimiste ? » lui ai-je demandé. Et de me répondre : « Parce que notre football est décadent. En plus, lors du match aller, les camerounais ont été plus forts de par leur jeu. On avait l’impression qu’ils jouent à domicile. » So, wait and see !

 

Notre Equipe Nationale senior commence ses entraînements ce lundi 07/03/2011 au Stade Prince Louis Rwagasore. Et ce, sous la houlette d’Adel Amrouche. Objectif : préparer la rencontre internationale qui l’opposera aux Abeilles (Amavubi) du Rwanda au Stade Amahoro de Kigali le samedi 26/03/2011. Match comptant pour la troisième journée des éliminatoires de la CAN 2012 prévue au Gabon et en Guinée Equatoriale. Dans un premier temps, il s’agira d’entraîner les joueurs locaux en attendant l’arrivée des professionnels. Notons tout de même que Papy Faty est déjà là, Karim Nizigiyimana aussi, sans oublier Mbanza Hussein. Papy Faty vient de Trabzon sport de Turquie, mais ne joue pas. Certaines sources affirment qu’il n’y retournera pas. D’autres informations démentent cela. Raison pour laquelle, nous comptons l’approcher pour connaître la vraie version des faits. Karim a quitté l’AS Vita Club de la RDC car sa place a été prise par un autre arrière latéral mieux apprécié par le coach de cette grande formation congolaise. Mbanza Hussein a quitté Kiyovu Sport du Rwanda, réclamant ses arriérés de salaire. Lui et Fwadi Ndayisenga parti en Pologne ont dû quitter Kiyovu pour non paiement de leurs salaires. Et ce, depuis pas mal de mois ! Nous suivrons de très près les Intamba Mu Rugamba pour ce match revêtant une importance capitale.

 

patricksota.jpg

 Patrick Sota

patricksota.unblog.fr

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Conférence publique de 3 membres du Comité Exécutif de la FFB

Posté par patricksota le 2 mars 2011

 

 

Les 3 conférenciers (de gauche vers la droite : Marandura, Mwembo et Lyse)

Patrick Sota du journal Arc-en-Ciel et Désiré Hatungimana de la radio Isanganiro

 

 

Kaneza Lyse, Ruberintwari Désiré dit Mwembo et Habimana Aimable dit Marandura ont jeté le pavé dans la mare pour sauver le football burundais

 

Une conférence publique tant attendue a eu lieu dans une des salles de réception de la Cathédrale Regina Mundi le mardi 01 mars 2011. Conférence tenue par Madame Kaneza Lyse et Messieurs Ruberintwari Désiré dit Mwembo et Habimana Aimable dit Marandura. Trois membres du Comité Exécutif de la FFB qui crient haro sur la gouvernance de Madame Lydia Nsekera et son 1er Vice-président en la personne de Nkejimana Gilbert dit Aboubacar.

D’emblée, sachez que la quintessence de la dite conférence est contenue dans nos récentes publications. Le présent Blog a déjà étalé au grand jour les griefs à charge de Nsekera et Nkejimana selon six membres du Comité Exécutif, à savoir Madame Kaneza Lyse et Messieurs Ruberintwari Désiré, Habimana Aimable, Samugabo Mustafa, Gishikizo Jean-Pierre et Kamo Emmanuel. Il nous semble inutile de revenir exhaustivement sur tout ce qui a été dit lors de cette conférence. Dégageons néanmoins quelques dominantes.

Mwembo a ouvert le bal en mettant en exergue les obstacles dressés contre la bonne marche du football burundais.  Notamment une gestion personnalisée de Nsekera entraînant forcément des décisions prises unilatéralement ou à tâtons. Et ce, parce que n’ayant pas été étudiées par le Comité Exécutif. Véritable dysfonctionnement qui paralyse le dit Comité. Pareille situation ne pouvait pas perdurer indéfiniment a martelé Mwembo. « Sortons de la FFB la tête haute pour ne pas endosser la responsabilité du mal qui ronge notre football, alors qu’une seule personne décide et agit en lieu et place de tout le Comité Exécutif ! » a-t-il renchéri. Plus grave : cette gestion personnalisée s’opère sur tous les plans. Plan administratif, technique et financier. Diktat sans nul autre pareil ! Comment Nsekera et son 1er Vice-président peuvent-ils signer en catimini des chèques engageant des fonds pour faire avancer le football burundais ? Idem pour le retrait des dits chèques. Quel genre de gestion est-ce ?  Mwembo a, à toutes fins utiles, rappelé que Nsekera gère une chose publique et non privée ! A ce titre, elle n’a nullement le droit de gérer l’argent de la FFB comme un patrimoine familial a rappelé Ruberintwari. Dans le même ordre d’idées, il aimerait que les journalistes sportifs participent aux réunions et délibérations du Comité Exécutif. Pour que les résolutions prises au cours de ces réunions soient portées à la connaissance de l’opinion. « Nous sommes amenés à gérer une chose publique, raison pour laquelle tout le monde doit savoir comment nous travaillons et la finalité de notre travail » a-t-il dit.

Pourquoi trois membres du Comité Exécutif ont animé la dite conférence alors que d’aucuns s’attendaient à voir les six membres ? Mwembo a répondu que leurs trois autres cosignataires n’ont pas pu venir pour des empêchements d’ordre familial ou professionnel. Question posée par El Hadj Nzisabira Hussein alias Musbah, pince-sans-rire. Ce dernier a du mal à croire que des gens qui, hier, cheminaient bras dessus bras dessous avec Nsekera puissent aujourd’hui réclamer un changement ! Comme pour dire : « Vous avez bu à la même cruche, assumez ensemble ! » Non a rétorqué Mwembo ! Et pour cause, le nouveau Comité Exécutif est là depuis deux ans ! Et d’ajouter : « Nous n’avons pas voulu faire la politique de la chaise vide en boycottant les réunions du Comité Exécutif manifestant ainsi notre désapprobation. On a pris tout le temps nécessaire pour constater ces errements, comprendre les origines et leurs embranchements. Aujourd’hui, nous sommes en mesure de dire non à cette mauvaise gouvernance grâce aux éléments matériels en notre possession. Du reste, il n’est jamais trop tard pour bien faire ! » Quelle est la force de votre champ d’action par rapport à la puissance de Madame Lydia Nsekera? Question posée aussi par Musbah. Madame Kaneza Lyse lui a répondu que les textes et les statuts de la FFB outrageusement violés par Nsekera sont leur principal cheval de bataille pour réclamer un changement dans la gestion de la FFB.

Autre fait frappant relevant de la gestion personnalisée tant décriée : une lettre adressée à tous les présidents des clubs de première et de deuxième division circule à l’insu du Comité Exécutif. En résumé, quel est son contenu ? Grâce au bonus de trois cent mille dollars (300.000 dollars) accordé par la FIFA à la FFB, les douze clubs de première division auront chacun un montant de cinq millions de francs bu (5.000.000 frs bu) et ceux de deuxième division (seize clubs) auront chacun une somme de trois millions de francs bu (3.000.000 frs bu). Ainsi, 12 fois 5.000.000 + 16 fois 3.000.000 = 60.000.000 + 48.000.000 = 108.000.000. Somme totale de cent huit millions sur un bonus de trois cent mille dollars (300.000 dollars). Indigné et décontenancé, Mwembo a fait comprendre qu’une telle décision n’est pas du ressort exclusif de la présidente de la FFB ! Preuve est faite, a-t-il ajouté, qu’elle se fiche comme d’une guigne des autres membres du Comité Exécutif ! La fâcheuse gestion personnalisée ne fait plus l’ombre d’un doute selon Ruberintwari. Il a pris pour témoins l’opinion sportive en générale et les personnes présentes à cette conférence en particulier ! Pour finir, Mwembo et ses collègues ont demandé l’appui inconditionnel du public sportif si celui-ci juge fondée leur lutte. « Nous devons tous prendre conscience que notre football est à son plus bas niveau à cause de cette mauvaise gestion. Et prendre les mesures qui s’imposent pour sauver le football burundais », a-t-il conclu.

 

Monsieur Gisage Léopold sous les projecteurs de l’opinion sportive

Le juriste Habimana Aimable dit Marandura a accusé tout de go Monsieur Léopold Gisage d’être la main visible de cette mauvaise gestion. Explication : dernièrement, lors d’un match comptant pour le championnat national, Monsieur Gisage Léopold n’a pas eu froid aux yeux en disant à Monsieur Samugabo Mustafa que lui et Nsekera débloqueront cent mille dollars (100.000 dollars) pour casser les six membres dénonçant les avatars observés à la FFB. Il s’en est violemment pris à un membre du Comité Exécutif dans des propos qui ont tout d’une estocade ! Et par n’importe lequel ? Ecarquillez bien les yeux : le deuxième Vice-président de la FFB en la personne de Samugabo. Est-ce compréhensible qu’un président d’un club de première division (Athletico Olympique) agresse verbalement le numéro 3 de la Fédération ? Les liens de parenté connus de tous entre Gisage et Nsekera peuvent-ils justifier ce langage démesuré et prétentieux ?

Marandura a dit ouvertement que la main invisible de cette gestion opaque est devenue la main visible suite aux dires de Gisage ajoutant le drame au drame. Selon les enquêtes que nous avons menées, l’homme est matois, tire les ficelles, et agit par personnes interposées. Aujourd’hui, laisse-t-il entendre, sa lutte contre les « agresseurs » de sa cousine et belle-sœur se fera à visage découvert ! A la guerre comme à la guerre doit-on comprendre ! Gisage Léopold, ancien capitaine de l’Equipe Nationale et de surcroît  ancien président de la FFB, ne devrait pas adopter une attitude aussi négative. Face à la déchéance du football burundais, Gisage, de par son âge et son expérience, devrait être le deus ex machina et non la tête pensante des coups bas ! A bon entendeur salut !

 

patricksota.jpg

 Patrick Sota

patricksota.unblog.fr

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

123
 

unsspforest |
roussinette |
L'EPS AU COLLEGE JEAN ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ASUC Migennes Handball
| sanarycyclosports
| JUDO-AMIKUZE.FR , le blog