Vital’O a déçu, Athletico Olympique a séduit

Posté par patricksota le 20 août 2014

Vital’O a déçu, Athletico Olympique a séduit

atletico cecafa

La séduisante et jeune équipe d’Athletico Olympique

Source de la photo : www.facebook.com

 

 

Vital’O n’a pas imprimé ses marques

Les mauves et blancs, détenteurs du titre de l’édition précédente (CECAFA Kagame Cup 2013), sont passés à côté de la CECAFA Kagame Cup 2014.

A l’issue du 1er tour, Vital’O n’a pu faire mieux qu’obtenir 4 points sur 9 dont une large victoire de 5-1 devant les modestes somaliens de Benadir, une défaite cuisante devant Police FC du Rwanda (1-3) et un nul d’un but partout (1-1) face aux redoutables soudanais d’El Merreikh. Bilan synonyme d’élimination au 1er tour.

Dans ce groupe C, seules deux équipes ont été qualifiées. La 1ère a été Police FC du Rwanda, réalisant un sans faute (9 points sur 9). La 2ème a été El Merreikh du Soudan avec 4 points sur 9 et un goal average de +3, ex aequo avec Vital’O (4 points) mais avec un goal average inférieur de +2. La lanterne rouge a été Benadir (0 point sur 9), c’est sans surprise !

Yaoundé avait été on ne peut clair dans l’interview qu’il m’a accordée avant de partir au Rwanda : « Nous n’avons pas eu assez de matchs amicaux pour acquérir des automatismes venant d’un jeu collectif soudé et cohérent. Donc, cette remarque est pertinente et fondée. Mais que voulez-vous ? Je mise beaucoup plus sur les prochains jours que sur cette CECAFA Kagame Cup 2014. Avec le temps, sûrement lors du Championnat National 2014-2015, Vital’O pourra retrouver ses lettres de noblesse en imprimant son habituel jeu collectif efficace et compétitif. »

Je ne dirais pas que le décor de cette contre-performance était déjà planté, mais Yaoundé voyait bien que son collectif n’est pas encore soudé. Et ce, malgré les excellentes individualités dont il dispose. Donc, donnons lui le temps pour faire en sorte que les nouvelles recrues sachent jouer ensemble via de bonnes combinaisons. Les prochains jours seront déterminants et beaucoup ont hâte de voir la prestation de Vital’O new look au cours du Championnat National 2014-2015. Wait and see !

 

 

Athletico Olympique a fasciné plus d’un

Quelle séduisante équipe de par sa technique hors pair ! Venus à la dernière minute suite au retrait volontaire de Flambeau de l’Est, les poulains de Kaze Cédric n’ont pas tremblé devant les gros calibres.

APR FC du Rwanda a connu toutes les peines du monde pour venir à bout d’Athletico Olympique en inscrivant l’unique but de la victoire à la 92ème minute de la rencontre. Fin du match à la 94ème minute. C’est dans le temps additionnel que les jeunes joueurs d’Athletico Olympique ont cédé suite à une erreur d’inattention à la défense. Mais franchement, ils ont donné du fil à retordre à un parmi les grandissimes favoris de cette compétition.

Face à Kampala City Council (KCC) d’Ouganda, Athletico Olympique a enflammé la foule présente au Stade Régional de Nyamirambo. Jeu plaisant teinté d’une technique haut de gamme. Des combinaisons à la brésilienne (pas le Brésil de 2014 !!!), une très bonne occupation du terrain avec des éléments remarquables comme Nassor, Trésor, Francis, etc.

L’erreur fatale de Francis est d’avoir accroché un attaquant ougandais en pleine surface de réparation. Penalty indiscutable et transformé par un joueur de KCC. Ce sera l’unique but de la rencontre.

Vers la fin du match, l’arbitre a refusé d’accorder un penalty à Athletico Olympique suite à une faute de main commise dans la surface de réparation ougandaise par l’arrière latéral droit de KCC. C’est sa main qui est allée vers le ballon et non l’inverse. Le règlement est clair comme l’eau de roche : penalty ! Mais, l’arbitre a vu les choses autrement. Même les protestations véhémentes de Kaze Cédric et ses joueurs n’ont suscité aucune réaction de sa part. Dommage car, sur ce coup-là, il y avait bel et bien penalty.  

Face à Gor Mahia du Kenya et Djibouti Telecom, Athletico Olympique s’est imposé respectivement par 1-0 et 2-1. Avec la manière ! Style de jeu magnifique ayant défrayé les chroniques sportives des gazettes présentes au Rwanda.

Avant la compétition, d’aucuns voyaient Athletico Olympique ramasser des cartons de but face à ses adversaires. Et bien non !

Qualifiés au 2ème tour (quart de finale), les poulains de Kaze Cédric ont tenu en échec la puissante équipe rwandaise de Police FC. Celle-là même qui avait corrigé Vital’O en phase de poules par un cinglant 3-1.

Face à des joueurs accrocheurs, Police FC a fait match nul avec les burundais au terme du temps réglementaire : 0-0.

Aux tirs au but, Athletico Olympique a perdu la bataille après une palpitante et époustouflante épreuve. 9 tirs réussis rwandais contre 8 tirs réussis côté burundais. Élimination burundaise intervenue après le onzième essai.  

A la fin de cette cruelle épreuve, on a vu les joueurs de Police FC verser dans une extase indescriptible. Quel ouf de soulagement ! Franchement,  Athletico Olympique n’était pas loin de franchir la porte des demi-finales. La baraka a sauvé les rwandais. Ainsi va le foot ! Mais bravo à cette séduisante équipe d’Athletico Olympique. Elle n’a pas du tout démérité. Tant s’en faut !

 

 Patrick Sota

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Classement des équipes de la CECAFA Kagame Cup 2014 à l’issue du 1er tour (matchs de poules)

Posté par patricksota le 20 août 2014

 

Classement des équipes de la CECAFA Kagame Cup 2014 à l’issue du 1er tour (matchs de poules)

Source : Site Ruhago du Rwanda lié au présent Blog

 

GROUP A
Team name & flag MP GD Points
flag Rayon Sports (Rwa) 4 3 10
flag Azam FC (Tz) 4 7 8
flag Atlabara (S.Sud) 4 -1 3
flag Adama FC (Eth) 4 -4 2
flag KMKM (Znz) 4 -5 2
GROUP B
Team name & flag MP GD Points
flag KCCA (Ug) 4 2 9
flag APR FC (Rwa) 4 1 7
flag Atletico (Bur) 4 0 6
flag Telecom FC (Dji) 4 -1 4
flag Gor Mahia (Ken) 4 -2 2
GROUP C
Team name & flag MP GD Points
flag Police FC (Rw) 3 5 9
flag EL Merreikh (Sud) 3 3 4
flag Vital’O (Bur) 3 2 4
flag Benadir (Soma) 3 -10 0

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Résultats des matchs déjà livrés en Coupe de la CECAFA Kagame Cup 2014

Posté par patricksota le 20 août 2014

Résultats des matchs déjà livrés en Coupe de la CECAFA Kagame Cup 2014

Source : Site Ruhago du Rwanda lié au présent Blog

Nyamirambo Stadium
Wed, 20 August 2014 17:00
flag KCCA - vs - ATLABARA flag
Nyamirambo Stadium
Wed, 20 August 2014 15:00
flag AZAM - vs - EL MERREIKH flag
Nyamirambo Stadium
Tuesday, 19 August 2014 17:00
flag APR 2(4) – 2(3) RAYON flag
Nyamirambo Stadium
Tuesday, 19 August 2014 15:00
flag POLICE 0(9) – 0(8) ATLETICO flag
Amahoro Stadium
Sunday, 17 August 2014 17:00
flag KCCA 1 – 0 APR flag
Amahoro Stadium
Sunday, 17 August 2014 15:00
flag TELECOM 2 – 2 GOR MAHIA flag
Amahoro Stadium
Saturday, 16 August 2014 17:00
flag RAYON 1 – 0 ATLABARA flag
Nyamirambo Stadium
Saturday, 16 August 2014 15:00
flag ADAMA 1 – 4 AZAM flag
Nyamirambo Stadium
Friday, 15 August 2014 17:00
flag APR 2 – 2 GOR MAHIA flag
Nyamirambo Stadium
Friday, 15 August 2014 15:00
flag EL MERREIKH 1 – 1 VITAL’O flag
Nyamirambo Stadium
Friday, 15 August 2014 13:00
flag ATLETICO 2 – 1 TELECOM flag
Nyamirambo Stadium
Thursday, 14 August 2014 17:00
flag RAYON 1 – 0 KMKM flag
Nyamirambo Stadium
Thursday, 14 August 2014 15:00
flag POLICE 3 – 1 BENADIR flag
Nyamirambo Stadium
Thursday, 14 August 2014 13:00
flag ADAMA 1 – 1 ATLABARA flag
Nyamirambo Stadium
Wed, 13 August 2014 17:00
flag APR 1 – 0 TELECOM flag
Nyamirambo Stadium
Wed, 13 August 2014 15:00
flag KCCA 1 – 0 ATLETICO flag
Nyamirambo Stadium
Tuesday, 12 August 2014 15:00
flag AZAM 2 – 2 ATLABARA flag
Nyamirambo Stadium
Tuesday, 12 August 2014 13:00
flag KMKM 1 – 1 ADAMA flag
Nyamirambo Stadium
Monday, 11 August 2014 17:00
flag VITAL’O 1 – 3 POLICE flag
Nyamirambo Stadium
Monday, 11 August 2014 15:00
flag GOR MAHIA 0 – 1 ATLETICO flag
Amahoro Stadium
Monday, 11 August 2014 13:00
flag BENADIR 0 – 4 EL MERREIKH flag
Amahoro Stadium
Sunday, 10 August 2014 17:00
flag ADAMA 1 – 2 RAYON flag
Amahoro Stadium
Sunday, 10 August 2014 15:00
flag KMKM 0 – 4 AZAM flag
Amahoro Stadium
Sunday, 10 August 2014 13:00
flag TELECOM 2 – 1 KCCA flag
Amahoro Stadium
Saturday, 09 August 2014 17:00
flag APR 1 – 0 ATLETICO flag
Amahoro Stadium
Saturday, 09 August 2014 15:00
flag POLICE 1 – 0 EL MERREIKH flag
Amahoro Stadium
Saturday, 09 August 2014 13:00
flag VITAL’O 5 – 1 BENADIR flag
Amahoro Stadium
Friday, 08 August 2014 17:00
flag GOR MAHIA 1 – 2 KCCA flag
Amahoro Stadium
Friday, 08 August 2014 15:00
flag RAYON 0 – 0 AZAM flag
Amahoro Stadium
Friday, 08 August 2014 13:00
flag ATLABARA 1 – 1 KMKM flag
 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Interview avec Kanyankore Jean Gilbert alias Yaoundé

Posté par patricksota le 20 août 2014

Interview avec Kanyankore Jean Gilbert alias Yaoundé

 

 photo gilbert

Kanyankore Jean Gilbert alias Yaoundé

Source de la photo : umuseke.rw

« Le football moderne va de pair avec les moyens »

 

 

Le rwandais Kanyankore Jean Gilbert alias Yaoundé est, de par son palmarès national et international, l’entraîneur le plus titré au Burundi. Après une saison manquée au Rwanda pour des raisons que vous découvrirez dans cette interview, notre invité a regagné son club de tous les jours à savoir Vital’O.

Pour notre interlocuteur, il s’agit d’un nouveau et grand départ pour que Vital’O redore son blason ici et en dehors de nos frontières. La prochaine CECAFA Kagame Cup 2014 prévue au Rwanda le 08 août sera, pour Kanyankore, le premier test de ce nouvel épisode.

Optimiste mais prudent, il est confiant en son effectif renouvelé à 80%. A la fin de notre entretien, il donne son point de vue sur le niveau actuel du football burundais. Et montre la façon de le tirer vers le haut.

 

1) Kanyankore Jean Gilbert, bonjour. Vous êtes de retour au Burundi après une saison passée au Rwanda dans Kiyovu Sport Club. D’aucuns affirment qu’au Rwanda, vous avez travaillé dans des conditions d’extrême précarité. Est-ce vrai ?

Oui c’est vrai. Ecoutez, mes conditions de vie au Rwanda durant cette saison sportive écoulée (2013-2014) rempliraient facilement un roman de série noire. J’en ai vu de toutes les couleurs ! Les engagements de Kiyovu Sport clairement mentionnés dans le contrat qui nous liait n’ont jamais été honorés. Mes salaires n’étaient pas versés à temps. Toujours avec retard, je ne recevais que des miettes en lieu et place du montant dûment convenu entre Kiyovu Sport et moi-même.

Ne pouvant pas payer mon loyer, j’ai été chassé de mon domicile par deux fois. A plusieurs reprises, j’ai fait comprendre aux dirigeants de Kiyovu Sport qu’une telle situation ne pouvait pas permettre audit club d’avoir un bon rendement. Surtout que mes joueurs ont subi le même sort. Les problèmes qui m’assaillaient se reproduisaient sur eux. Ils ont livré le championnat dans de très mauvaises dispositions psychologiques. Franchement, tout a été fait pour que je tire ma révérence. Je ne pouvais pas continuer à travailler dans des conditions aussi déplorables.

2) Vous êtes revenu dans votre club fétiche à savoir Vital’O. Formation que vous servez depuis votre jeunesse. Actuellement, vos conditions de vie vous font-elle oublier le mauvais traitement connu au Rwanda ?

Vous parlez de Vital’O comme étant mon club fétiche. (Rire prolongé). J’ai toujours évolué dans les rangs de ce club. Le bon Dieu bénissant mes efforts, j’ai souvent tiré Vital’O vers le haut. Grâce, entre autres, aux membres des comités que ce club a connus. Je leur en sais gré. Ils m’ont apporté un soutien indéfectible. Concernant mes conditions de vie actuelles, elles n’ont aucune comparaison avec celles du Rwanda.

Au Burundi, j’ai retrouvé des amis avec lesquels nous avons partagé les moments de gloire dans Vital’O et les périodes d’insuccès. N’oubliez pas que la majeure partie de ma vie, je l’ai passée au Burundi. Entendez par là mes études et ma carrière d’entraîneur. Ici, c’est chez moi.  Ensuite, j’étais peiné de vivre loin de mon épouse et mes enfants qui, eux, sont restés au Burundi. Au Rwanda, j’ai des connaissances, mais très peu d’amis. Quand il m’arrive d’avoir des problèmes sociaux, les personnes susceptibles de me secourir se trouvent au Burundi.

Enfin, je salue le courage et l’abnégation de Monsieur Bikorimana Benjamin, président de Vital’O. D’abord, nous émettons sur la même longueur d’onde. L’entente est parfaite. Les engagements sont respectés.

Sa vision à moyen et long terme est salutaire. D’ici peu, le professionnalisme sera notre hôte de marque. (Rire). Même les joueurs sont fiers de lui. Et ont une fringale de réussir. Notre optimisme est béat. Les prochains jours nous promettent des lendemains qui chantent. Pourvu que Dieu nous prête vie.

3) Pourtant cette année (saison 2013-2014), Vital’O, avec Benjamin Bikorimana, n’a pas imprimé ses marques sur la scène nationale en obtenant une piteuse 5ème place  sur 14 équipes. Chose étonnante pour un club habitué à se jucher sur le perchoir le plus élevé.

Franchement, il faut rendre justice à Monsieur Bikorimana. Quand il a pris les rênes de Vital’O, l’équipe était en débandade. Moi je venais de signer un contrat avec Kiyovu Sport. L’ancien président Djamali Sefu venait de démissionner suite au comportement inadmissible de certains joueurs après la CECAFA Kagame Cup 2013 que nous avons remportée haut la main. Certaines pièces maîtresses de l’équipe ont été chassées pour indiscipline et insubordination. Le Championnat National 2013-2014 allait bientôt commencer. Et, à la va-vite, le staff dirigeant a recruté vaille que vaille de nouveaux éléments. Des recrues moins expérimentées que les partants. Bref, un tas de problèmes préjudiciables à un bon rendement. Le rendez-vous 2013-2014 a été manqué sur toute la ligne pour les raisons susdites. Il serait injuste et subjectif de faire endosser ce fiasco à Monsieur Bikorimana.

4) Vous avez renouvelé votre effectif à 80% si pas plus pour disputer la prochaine CECAFA Kagame Cup 2014 prévue au Rwanda avec une ossature  aguerrie et plus rôdée que celle de la saison 2013-2014. Toutefois, n’allez-vous pas rencontrer un problème de cohésion sur terrain via un jeu collectif lacunaire avec toutes ces recrues venues de toutes parts ?

Vous avez raison vu le peu de temps alloué aux préparatifs. Nous n’avons pas eu assez de matchs amicaux pour acquérir des automatismes venant d’un jeu collectif soudé et cohérent. Donc, cette remarque est pertinente et fondée. Mais que voulez-vous ? Je mise beaucoup plus sur les prochains jours que sur cette CECAFA Kagame Cup 2014. Avec le temps, sûrement lors du Championnat National 2014-2015, Vital’O pourra retrouver ses lettres de noblesse en imprimant son habituel jeu collectif efficace et compétitif.

5) Parmi les formations adverses, quelles sont les équipes que vous craignez pour cette CECAFA Kagame Cup 2014 ?

Je ne raisonne jamais de cette façon. Toutes les équipes sont à prendre au sérieux. Chaque match revêt une importance capitale pour nous. Nous sommes des compétiteurs et à ce titre nous devons respecter nos adversaires. Mais respect ne signifie pas crainte ! Pour le reste, c’est sur terrain que nous serons jugés et fixés sur notre sort.

6) Comment jugez-vous le niveau actuel du football burundais ?

Il stagne de mon point de vue. Ni en hausse ni en baisse. Malgré les talents qui pullulent dans ce pays, le football burundais a du mal à aller de l’avant. Pour la simple raison que les clubs n’ont pas les moyens de leurs ambitions. Tant qu’il n’y aura pas une politique salvatrice visant à alléger les contraintes financières des clubs via la fameuse loi sur le sponsoring, notre football aura du mal à imprimer ses marques sur la scène internationale. Le football moderne va de pair avec les moyens. Il faut absolument que nos dirigeants s’en imprègnent. De plus, si nous voulons élever le niveau de nos footballeurs, c’est dans les divisions inférieures qu’il faut mettre le paquet. Et ce, compte tenu de la moyenne d’âge de nos joueurs. Elle oscille entre 18 ans et 20 ans. L’avenir proche et lointain du football burundais dépend du niveau des footballeurs œuvrant dans les divisons inférieures. Et surtout, de leur encadrement. 

7) L’actuel Comité Exécutif de la FFB mène des réformes. Parmi elles, figure l’augmentation des équipes oeuvrant en 1ère division. Nous passons de 14 équipes (saison 2013-2014) à 16 équipes pour la saison 2014-2015. En tant que technicien chevronné du ballon rond, quel est votre commentaire par rapport à cette réforme ?

Ecoutez Monsieur Sota, je me souviens qu’à une époque, nous avions 18 formations en 1ère division. La FIFA a manifesté son inquiétude par rapport à cette présence massive des équipes en Ligue A. Et pour cause, elle trouvait incohérent le fait d’accroître le nombre de formations en 1ère division vu le peu de moyens dont disposait ce pays.

Connaissant la santé actuelle du Burundi sur le plan économique, pouvons-nous nous permettre d’organiser un championnat composé de plusieurs équipes ? Le débat est ouvert. Je ne détiens pas le monopole de la vérité. Mais tant que la pauvreté mainte fois observée dans les clubs continuera à sévir de plus belle, les résultats escomptés par le staff dirigeant de la FFB risquent de ne pas être atteints. Je le ressasse, c’est mon point de vue. Et ça n’engage que la personne de Yaoundé.

Toutefois, je suppose qu’en augmentant le nombre de formations en 1ère division, des mesures d’accompagnement suivront cette nouvelle politique. Là, ça irait ! Notamment la mise en application de la loi sur le sponsoring que les clubs réclament à cor et à cri. Et une organisation irréprochable au sein desdits clubs. Car, avoir les moyens est une chose. Savoir gérer ces moyens via une bonne organisation en est une autre. J’ai appris par le biais d’amis proches du président de la FFB que cette loi si attendue ferait partie de ses priorités pour la prochaine saison sportive. Voilà une mesure que le monde du sport, ici chez nous, accueillerait à bras ouverts. En nantissant le football burundais de moyens, nos équipes réaliseraient des résultats prodigieux sur la scène internationale. Y compris nos équipes nationales. J’y crois dur comme fer. Je mets au défi quiconque de me prouver le contraire. Les lecteurs d’Arc-en-Ciel seront mes témoins.

 

 

 Propos recueillis par Patrick Sota

 

 

NB : Cette interview m’a été accordée avant le départ de Vital’O pour Kigali. Yaoundé, visionnaire, n’attendait pas grand-chose de ses poulains pour cette CECAFA Kagame Cup 2014. Et pour cause, les nouvelles recrues si nombreuses dans son équipe ne sont pas encore parvenues à imprimer un jeu collectif soudé et cohérent. Avec le temps ça viendra suis-je enclin à croire.

 

 

 

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Vital’O FC éliminé au 1er tour de la CECAFA Kagame Cup 2014

Posté par patricksota le 20 août 2014

Cecafa Kagame Cup defending champions Vital’O eliminated from the tournament after a 1-1 draw against El Merreikh

by admin

cecafa vital'o

Vital’O FC en mauve tenu en échec par El Merreikh en jaune

Source de la photo : http://cecafafootball.org/cecafa-kagame-cup

Vital O opened the scoring in the match in the 34th minute through Laudit Mavugo after rushing through the centre to catch the El Merreikh defence napping and sending in a thunderbolt.

El Merreikh then found its footing in the match during the second half with Mohammed Troare netting to snatch a point and cement their second place ont the Group C standings.

Gilbert Yaounde Kanyankore, head coach of Vital’O blamed his side’s exit on fate and praised El Merreikh as being a good side that deserved to qualify to the next round.

“I accept defeat and promise that we will be back stronger next year. I have new young boys this year and they will have more experience by this time next year.”

Kenyan officials oversaw the match with Anthony Ongwayo as the Centre referee and Andrew Juma as the fourth official.

Source : cecafafootball.org/cecafa-kagame-cup

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Classement définitif en Ligue A, 2013-2014

Posté par patricksota le 20 août 2014

 

Classement définitif en Ligue A, 2013-2014

 

Suite aux sanctions prises à l’endroit de Flambeau de l’Est de Ruyigi (2 forfaits écopés), c’est Lydia Ludic Burundi Academic qui remporte l’édition 2013-2014.

C’était Flambeau de l’Est qui venait en 1ère position. Mais, vous l’avez sans doute appris, la commission d’enquête mise sur pied par la FFB accuse Flambeau de l’Est d’avoir truqué les matchs de la phase retour l’ayant opposé à Inter Star et Le Messager Ngozi.

Voici alors le classement définitif de la Ligue A, 2013-2014 :

Equipe
Goal average Pts
1 LLB ACADEMIC 36 59
2 FLAMBEAU DE L’EST 31 56
3 INTER STAR 42 51
4 LE MESSAGER NGOZI 22 50
5 VITAL’O 13 44
6 ATHLETICO OLYMPIQUE 3 40
7 LES GUEPIERS DU LAC 9 36
8 PRINCE LOUIS 2 36
9 ACADEMIE TCHITE -9 30
10 MUZINGA -7 27
11 ROYAL FC -20 27
12 VOLONTAIRES -36 19
13 FLAMENGO -47 11
14 ESPOIR -39 10

 

Saison 2013-2014 :

Equipe championne : Lydia Ludic Burundi Academic

Sont reléguées en 2ème division les équipes suivantes : Flamengo et Espoir

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Flambeau de l’Est perd son titre

Posté par patricksota le 19 août 2014

Flambeau de l’Est perd son titre

Source : article écrit par Elvis Mutoni (Chargé de la Communication au sein de la FFB)

 

 

Flambeau de l'Est perd son titre Flambeau_de_lEst_logoL’équipe Flambeau de l’Est qui avait remporté le championnat PRIMUS LIGUE édition 2013 – 2014 vient d’être détrônée de sa couronne pour des faits de tentative de corruption.

 Après les matchs qui l’avaient opposé à INTER STARS et MESSAGER NGOZI lors de la 23ème et 25ème journée, le Comité Exécutif de la FFB avait mis en place une commission ad hoc chargée d’enquêter sur les faits de corruption dont était accusé le club Flambeau de l’Est.

Après enquête basée sur les témoignages des joueurs et sur les relevés des appels téléphoniques, il a été constaté qu’il y a eu tentative de corruption.

Le Comité Exécutif de la FFB s’est donc réuni en session extraordinaire ce lundi 18 Août 2014 et a pris les sanctions suivantes :

 

-         Flambeau de l’Est perd les deux matchs gagnés contre INTER STARS et MESSAGER NGOZI par forfait

-         Le club de Flambeau de l’Est écope d’une amende de 1.000.000 Fbu

-         Moussa Omar joueur de Flambeau de l’Est est suspendu une saison

-         NDUWIMANA Saidi d’Inter Stars est suspendu pour toute la phase aller

-         NKURIKIYE Léopold d’Inter Stars est suspendu pour 3 matches

Suite à ces deux matchs perdus par forfait, le club Flambeau de l’Est perd son titre au profit de Lydia Ludic Burundi qui avait terminé second à 3 longueurs du club de Ruyigi.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Interview avec SAMUEL GAUTIER

Posté par patricksota le 19 août 2014

Interview avec SAMUEL GAUTIER

gautier sur terrain

 Samuel Gautier

Source de la photo : www.facebook.com

 

« J’exige de mes gardiens la primauté de l’excellence »

 

 

Samuel Gautier est un français amoureux du ballon rond. Mais son point fort réside dans la formation des gardiens de but. Voilà son domaine de prédilection.

Tour à tour, il a connu ici chez nous les clubs d’Inter Star et Vital’O avant de jeter son dévolu sur Lydia Ludic Burundi Academic. Un des clubs phares du pays.

Avant de prester au Burundi et sous d’autres cieux, il fut attaquant et gardien de but dans des clubs dits « modestes ».

Il émet son point de vue sur le niveau de nos gardiens de but et explique pourquoi ledit niveau est faible. Pourtant, selon ce sympathique entraîneur des gardiens, une solution est à notre portée si volonté il y a.

Même sur le plan international, Gautier est convaincu que nous avons des gardiens capables d’imprimer leurs marques. Pour autant qu’il y ait un suivi rigoureux et des moyens adéquats mis à leur disposition.

 

 

1) Samuel Gautier, bonjour. Vous vous êtes spécialisé dans l’encadrement et la formation des gardiens de but. Peut-on savoir votre parcours complet jusqu’ici ?

 Mon parcours comme joueur a débuté en France, et a fini en Belgique. Tenez, de 1980 à 1994, les péripéties ayant jalonné ledit parcours sont les suivantes :

- Attaquant pupille ESPERANCE ARABE FC (Paris 18)

            – Gardien de but pupille ESPERANCE ARABE (Paris 18)

            – Gardien de but cadet FC LILAS (Paris) 3eme div. Paris

            – Gardien de but cadet MONTREUIL FC (Paris) coupe de France 2 tours.

            – Sélection District de Paris, sélection avec Bernard Lama du Paris Saint Germain

            – Gardien de but Junior MONTREUIL FC (Paris)

            – Sélection Nogent S/Marne, Division D’Honneur Régionale.

            – Sélection Attaquant FC Mechelen (Belgique) D2 belge.

 

Mon parcours comme entraîneur des gardiens de but s’est fait ici au Burundi. Il y a 3 ans, je servais Inter star, ensuite Vital’O et cette année j’ai jeté mon dévolu sur Lydia Ludic Burundi  Academic.

Côté formation, entendez par là les stages, je les dois à  la Fédération Allemande de Football, puis une formation des gardiens acquise grâce à la FIFA, licence D Grassroots.

2) Comment appréciez-vous le niveau général des gardiens de but burundais ?

D’après ce que je vois depuis 3 ans, le niveau est moyen voire faible. Le manque d’encadrement pour les gardiens de but est une grossière erreur commise par les clubs. Car, comme pour les joueurs de champ, c’est un travail de tous les jours.

Nous sommes très peu à exercer ce métier au Burundi. Beaucoup de gardiens travaillent en solo, et ne se corrigent pas, puisqu’il n’y a pratiquement personne pour leur montrer les failles commises au cours des matchs. Donc, ils traînent avec des lacunes dommageables à leurs carrières. Cette responsabilité incombe aux clubs qui choisissent de travailler de manière non conforme aux exigences du football moderne. Les gardiens de but n’y sont absolument pour rien. Et sont plutôt victimes de cette démarche lacunaire.

3) Quelle dynamique faudrait-il impulser à nos gardiens de but pour qu’ils impriment véritablement leurs marques sur la scène internationale ?

Sur la scène internationale ? (Rire !) Tout d’abord, commencer par le début, c’est-à-dire que les clubs doivent donner les moyens adéquats aux gardiens quand ils s’entraînent. Et surtout, la FFB devrait obliger à chaque club de disposer d’un entraîneur pour les gardiens de but. Football moderne oblige.  Lesdits entraîneurs suivraient perpétuellement des stages venant de la FIFA et d’autres instances sportives internationales pour améliorer sans cesse leur savoir. A partir de là, les gardiens de but burundais s’amélioreraient et pourraient alors imprimer leurs marques sur la scène internationale. Mais avant d’en arriver là, les résultats palpables issus de ces voies bien empruntées se remarqueraient ici lors des championnats locaux. L’ouverture sur l’international viendrait après. Il faut y aller étape par étape. Lentement mais sûrement. L’objectif final serait, bien entendu, d’attirer les convoitises des clubs européens ou même africains comme le TP Mazembe, l’Espérance de Tunis, Coton Sport de Garoua pour ne citer que ceux-là.  

 4) De votre point de vue, le niveau de nos gardiens de but va-t-il de pair avec le niveau de nos clubs ? 

Oui, généralement, ça va de pair. Écoutez, la présence d’un entraîneur des gardiens doit coller avec une stratégie mise en place par l’entraîneur principal. Or, ici, celui qui entraîne les joueurs de champ cumule cette fonction avec le rôle dévolu aux entraîneurs des gardiens de but. Souvent, ce rôle est mal connu du coach principal, ou tout simplement le temps lui imparti peut lui faire défaut vu le volume de travail considérable dont il dispose en entraînant les joueurs de champ. Nos gardiens sont alors mis en déroute puisqu’ils doivent obéir à la stratégie du coach principal (celui qui entraîne les joueurs de champ) alors qu’il devrait y avoir une autre stratégie du gardien lui inculqué par son propre entraîneur. Clarifions les choses : les deux stratégies ne sont pas incompatibles. Elles sont complémentaires.

5) Actuellement, vous prestez dans le club de Lydia Ludic Burundi Academic. Avez-vous les moyens de vos ambitions ?

Oui, je me plais à LLB Academic, mes ambitions cadrent parfaitement avec celles du club : faire avancer nos gardiens de but selon les normes du football moderne. J’exige de mes gardiens la primauté de l’excellence.

6) Au sein de votre club, vous terminez deuxième de la Ligue A, 2013-2014. Cette place est-elle satisfaisante vu les efforts consentis pour obtenir la première place ?

Écoutez, nous sommes des compétiteurs, nous visons toujours la première marche du podium comme tous les clubs dignes de figurer en première division. Nos résultats se calculent sur les années passées et futures pour étudier notre progression. Ascendante ou descendante ? Je pense qu’elle est plutôt ascendante. Cette année, sur les 26 rencontres livrées en première division, nous n’avons perdu qu’une seule rencontre, moins de dix buts encaissés, beaucoup de buts inscrits, et une place honorable en fin de parcours. Côté gardiens de but au sein de LLB Academic, ils progressent bien et vite, ça m’enchante vraiment.

7)  Quelle a été votre appréciation sur la prestation de Madede (le goal keeper de LLB Academic) durant le Championnat ?

La progression de Madede a été bonne au cours du championnat, nous l’avons constaté à chaque match. Il était confiant dans ses cages, ne perdait jamais le nord et communiquait  parfaitement avec ses défenseurs. Voilà un garçon qui assimile bien les notions théoriques et pratiques apprises lors des entraînements. Bravo. Attention ! Le summum de sa carrière n’est pas encore atteint. Qu’il garde bien droit sa tête sur ses épaules, ça ne fait que commencer. (Rire !). Il faut dire que, dans l’ensemble, la prestation de mes gardiens au sein de LLB Academic est bonne. Les lacunes ont été comblées. Mais le chemin à parcourir reste long. Faut pas se leurrer ! Je salue tout de même la première sélection de Madede en Équipe Nationale senior du Burundi lors du match amical international ayant opposé à Nairobi le Kenya et le Burundi (0-0). D’après les échos qui me sont parvenus, Madede a été irréprochable sur toute la ligne. Et fait partie des joueurs burundais qui se sont bien défendus lors de ce choc. Pour moi, c’est un réel motif de satisfaction. Nous travaillerons d’arrache-pied pour que Madede reste sur cette trajectoire ascendante.

 8) Quelle complémentarité doit-il y avoir entre un entraîneur des gardiens et un coach d’une équipe ?

Il faut qu’il y ait une parfaite communication entre les deux. Se faire mutuellement confiance et travailler ensemble pour un seul et même but : tirer nos garçons vers le haut en leur inculquant le meilleur de nous-mêmes.

 9) Dans le cas d’espèce, comment travaillez-vous avec Etienne, le coach de LLB Academic ?

Concernant les entraînements des gardiens, nous avons en moyenne 5 séances par semaine de deux heures. J’ai un peu plus d’une heure par jour pour eux, la deuxième heure revient aux joueurs de champ. Parfois, mes gardiens ont une séance complète en jeu collectif pour améliorer leur prestation sur terrain. Mais il arrive aussi qu’ils aient des séances spécifiques les samedis  ou les dimanches  matins en plus des entraînements habituels en semaine.  Lors des entraînements basés sur le jeu collectif,  j ai la possibilité de rester proche des gardiens pour les aider à bien prester. Afin que cela leur soit bénéfique lors des matchs comptant pour le Championnat. Chose impossible à faire lors desdits matchs. C’est aux entraînements qu’il faut mettre le paquet.

 10)  Quel est, selon vous, le niveau des entraîneurs burundais ?

Le niveau des entraîneurs peut évoluer positivement si, concomitamment, la mentalité du club évolue dans le même sens. Si un club choisit un entraîneur, il faut que ce dernier ait les coudées franches pour exercer son travail. Lui donner tous les moyens nécessaires pour mener à bien ce travail.  Et ensuite exiger des résultats. Hélas, au Burundi, les entraîneurs travaillent dans des conditions difficiles. Les juger nous obligerait à verser dans la subjectivité. Notons tout de même qu’il y a des entraîneurs qui ont déjà prouvé leur savoir-faire. Je pense notamment à Yaoundé de Vital’O qui, pour moi, est un exemple à suivre pour nos entraîneurs locaux. Voilà un coach chevronné dont le savoir-faire n’est plus à démontrer.

 11) Quel regard portez-vous sur l’avenir du football burundais ?

C’est tout un système qui doit évoluer et changer. On ne construit pas une maison en commençant par le toit. Nous n’avons pratiquement pas de structures de formation pour nos jeunes. Pourtant, ce sont eux l’avenir du football burundais. Il n’y a qu’un ou deux stades convenables, c’est-à-dire permettant aux équipes de déployer sur terrain un beau jeu. Donner les moyens suffisants aux entraîneurs (salaires décents et matériels de travail) Sursaut patriotique oblige, nous devons marcher au rythme du football moderne comme l’ont commencé certains parmi nos voisins. Car, ce beau pays regorge de talents. Nous n’avons pas le droit de les décevoir en les négligeant. A bon entendeur salut !

 

Propos recueillis par Patrick Sota

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Nzisabira demande que soit créé le Jury d’Appel

Posté par patricksota le 19 août 2014

 

Nzisabira demande que soit créé le Jury d’Appel

Page 1

La FFB nous apprend que le Jury d’Appel n’a pas encore vu le jour. Et cette faille juridique ne date pas d’aujourd’hui. Même sous l’ère Nsekera, ledit Jury n’existait pas en violation des textes règlementaires en matière de recours lors des procès.

Avec raison, Nzisabira demande que l’actuel Comité Exécutif s’inscrive en faux contre cette énorme carence juridique. Et demande alors que soit mis sur pied un  Jury d’Appel en bonne et due forme. Pour qu’il puisse porter son affaire devant cette instance. En espérant, bien entendu, que cette dernière agira en toute indépendance.

document6

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Nzisabira Hussein demande que soit créé le Jury d’Appel

Posté par patricksota le 19 août 2014

 

Nzisabira Hussein demande que soit créé le Jury d’Appel

Page 2 (suite de la page 1)

document5

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

12345...178
 

unsspforest |
roussinette |
L'EPS AU COLLEGE JEAN ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sanarycyclosports
| JUDO-AMIKUZE.FR , le blog
| JUDO